Le livre "The Storyteller" de Dave Grohl
Chronique

« The Storyteller » : Le long chemin de Dave Grohl

 » Quand le monde a fermé ses portes en mars 2020, j’ai fait face à la plus grande peur de ma vie : Ne pas pouvoir créer « .
C’est à ce moment que Dave Grohl s’est mis à écrire sur les moments marquant de sa vie.
Cela a donné lieu à ses mémoires parues le 5 octobre 2021: « The Storyteller, Tales of Life and Music ».
Il ne s’agit pas d’une autobiographie, mais plutôt d’histoires et anecdotes simples qui ont rendu sa vie extraordinaire.

Sa passion pour la musique en passant par l’attachement pour sa région d’enfance en Virginie jusqu’à l’amour de sa famille, c’est un Dave Grohl très humain qui nous apparaît dans son ouvrage de 400 pages.
Il y détaille ses réflexions sur la vie lorsqu’il était en tournée avec Scream ou encore le moment ou Nirvana se hisse au sommet du Rock.
Comment il s’est reconstruit à travers les Foo Fighters lorsqu’il avait à peine 25 ans jusqu’à sa vie d’aujourd’hui mixant tournées et vie de famille.

Cela faisait des mois que j’attendais « The Storyteller » de Dave Grohl.
Nirvana étant le groupe qui m’a le plus inspiré, il était donc logique de créer un article à ce sujet.
J’ai dévoré l’ouvrage en quelques jours et décidé d’écrire ces lignes.
Cela aidera les personnes qui n’ont peut-être pas la volonté de lire ce livre ou encore ceux qui sont bloqués par l’anglais.
À l’heure ou j’écris ces lignes, le livre est uniquement disponible en VO.

Dans la peau de Dave Grohl

Le point de non-retour

Qui aurait pu croire que la première fois où Dave Grohl est monté sur scène, c’était pour jouer du Jazz à la batterie !
S’il y a bien quelque chose que l’adolescent de 15 ans était prêt à tout faire, c’était de ne jamais décevoir sa mère.
Célébrant l’anniversaire de cette dernière dans un club de Jazz, elle lui rétorqua : « David, ça ne te dirait pas de monter sur scène ? »… Il ne pouvait pas refuser malgré sa timidité !
Cette première sensation fut un véritable électrochoc pour le jeune Dave qui était uniquement habitué à jouer de la batterie… sur des oreillers !

Mais « l’étincelle » qui a mis le feu aux poudres, ce fut la découverte du Punk à l’âge de 13 ans.
Étant uniquement habitué aux grands noms du Rock comme Led Zeppelin, AC/DC ou KISS, devenir musicien était un rêve inaccessible pour lui.
Le jour a basculé quand sa cousine lui a fait découvrir des noms de groupe Punk inconnu comme « Naked Raygun », « Black Flag », « Wire » ou encore « Scream », etc.
Chansons à 4 accords, pochettes artisanales, noms de maisons de disques inconnus…
Sa réaction : « Mais en fait, pas besoin d’être un Jimi Hendrix pour pouvoir réussir ! »

C’était la sensation de liberté que j’avais attendu toute ma vie, c’était un point de non-retour.

Dave Grohl

Introverti et ne partageant que peu de choses en commun avec ses camarades de classe, pour la première fois il était vraiment lui-même.
Aucune honte à partager la musique qu’il aimait ou à s’afficher avec son nouveau style vestimentaire à base de Converse et T-Shirt Punk.

Le livre "The Storyteller" de Dave Grohl
« The Storyteller » de Dave Grohl

Dave Grohl et ses émotions

Qui n’a pas entendu parler de l’accident de Dave Grohl lors d’un concert en Suède en Juin 2015 ?
En plein concert, il tombe de la scène et se casse la jambe…Mais le mec continue à jouer même sur une chaise malgré la gravité de la situation. (Les médecins sur place lui recommandaient de ne pas attendre une seconde et d’aller aux urgences).

Dave Grohl parle de sa jeunesse et tous les accidents qu’il a subis étant enfant.
Par exemple, il a reçu une balle de golf en pleine tête à l’âge de 9 ans…Aucune douleur !
Je l’ai déjà évoqué plus haut, la pire des choses pour lui c’était de voir sa mère attristée.
Celle-ci a voué corps et âme pour l’éduquer et le rendre heureux malgré un cadre de vie et une situation financière compliqués.
Dès lors, il explique une sorte de surcompensation sur le moment de façon à relativiser tout accident dans le but de la rassurer.
Sa seule peur ? Les conséquences émotionnelles !
Vous avez l’explication à l’évènement de 2015 !

Sa mère est la source principale d’inspiration pour Dave Grohl.
La personne en qui il a le plus de respect.
Le sujet familial est présent tout au long de l’ouvrage, évoquant régulièrement sa femme Jordyn et leurs 3 filles.

Les premières tournées en Club avec Scream et l’explosion avec Nirvana

Comme je le disais dans l’introduction, « The Storyteller » de Dave Grohl évoque des événements simples qui ont rendu sa vie extraordinaire.
Lorsqu’il commença à jouer en groupe avec ses amis, il était tellement habitué à frapper fort sur des oreillers qu’il cassait régulièrement les peaux des caisses claires sur une vraie batterie.
Devenant ainsi un habitué du magasin de musique du coin.
Un jour en se rendant au magasin, une annonce sur la porte d’entrée ? « Scream recherche un batteur ».

La liberté, fil conducteur dans « The Storyteller » de Dave Grohl

Scream, en plus d’être originaire de la Virginie, était un des groupes préférés de Dave Grohl.
Formation Punk issu de la scène underground des Etats-Unis, ils étaient régulièrement en tournée dans des clubs du pays.
Il a rejoint la formation après avoir lâché le lycée à 17 ans contre la volonté de son père.
Ce dernier voulant qu’il devienne un Business Men et un Républicain engagé.
Sa mère donna son accord en lui donnant le seul conseil : « Tu as intérêt à être bon ».

Un autre aspect qui revient tout au long de l’ouvrage, c’est la volonté de se libérer à travers la musique.
Redoutant ainsi ce qu’il appelle « La monotonie d’une vie en banlieue à travers la vision des mêmes paysages au quotidien… le même boulot et les mêmes gens ».
Cela a été sa véritable force jusqu’au moment ou il explosa avec Nirvana.

Car oui, la vie n’était pas simple en tournée avec Scream.
Dormir dans un sac de couchage dans le van, manger des haricots en conserve ou encore les bagarres dans les clubs…
Ces événements auront eu raison du bassiste, Skeeter, qui plantera le groupe sans prévenir en 1990.
Bloquant ainsi le groupe à Los Angeles, sans pouvoir jouer et donc sans argent.
Ils vivaient alors dans des squats ou chez des amis dans l’attente de repartir en Virginie.
Mais pour Dave Grohl, hors de question d’abandonner. Il valait mieux ça à la « Monotonie » qu’il apercevait dans le « rétroviseur de sa vie ».

Et plus que tout autre chose, j’étais libre ! C’était l’aventure tous les jours !

Dave Grohl

C’est cette incertitude que Dave Grohl aimait tant à ce moment, c’est ce qui le nourrissait…Et ça a payé !

« Eh Dave, as-tu déjà entendu parler de Nirvana ? »

Bloqué depuis plus d’un mois à Los Angeles, il reçut l’appel téléphonique qui allait changer sa vie.
Kurt Cobain avait assisté à une prestation de Scream quelques mois auparavant au fin fond des Etats-Unis et avait été impressionné par Grohl.

Voyant sa situation s’aggraver à L.A, il rejoint Nirvana en Septembre 1990, à 21 ans.
Nirvana était alors un groupe émergeant dans le milieu Punk américain.
Il vécut avec Kurt Cobain dans un petit appartement vétuste, ayant uniquement un sac de couchage pour dormir. Dave se nourrissait uniquement de Corn Dog (Saucisse sur bâtonnet) et se voyait maigrir de jour en jour.
Le cadre de vie était pire que celui de Scream, mais le groupe venait de signer chez Geffen et préparait un deuxième album : Nevermind
Il reçut une avance de 400 $ qu’il dépensera dans… Une arme à feu et une Nintendo ! (Ce passage m’a beaucoup fait rire). Ce qu’il l’amènera à manger encore plus de Corn Dog !

4 chapitres sont dédiés à l’aventure de Nirvana dans « The Storyteller ».
La découverte du clip de « Smells Like Teen Spirit » sur MTV. Il raconte qu’il était avec Kurt Cobain dans une chambre d’hôtel et ont explosé de joie comme des enfants à la vue du clip.
Les tournées dans des clubs de 400 personnes alors que Nevermind cartonnait dans le monde.
Résultat : Des émeutes au point d’arrêter les concerts à cause du manque de sécurité.
D’autres moments sont plus embarrassants comme la sensation de division qui se créa au sein du groupe dû à l’instabilité de Cobain.
Certains passages sont très poignants.
Par exemple, il conserve un très mauvais souvenir du tournage du clip de « Come as you are » tellement Kurt était « High ».

Tout s’est arrêté le 8 Avril 1994.



Dave Grohl au coté de Kurt Cobain et Krist Novoselic
Dave Grohl au côté de Kurt Cobain et Krist Novoselic

La reconstruction et le retour aux sources

Après le décès de Cobain, il se ressourça en Irlande, sans réel projet en tête.
C’était un sentiment de retour à zéro que Dave Grohl témoigne dans ses mémoires.
Proche de la dépression.
Incapable de s’asseoir sur le siège d’une batterie, voyant le « Spectre » de Cobain à chaque moment.
C’est en apercevant un auto-stoppeur en pleine campagne Irlandaise et portant un T-shirt de Nirvana qu’il se décida à rentrer.
Impossible d’échapper à ces « démons ».

On pourrait penser que le livre aborde beaucoup d’éléments de la vie des Foo Fighters, mais la structure du livre est bien différente.
Il décrit légèrement la conception du 1er album qu’il enregistre seul en 5 jours ou encore les difficultés rencontrées dans  » The Colour and the Shape ».

Mon passage préféré a été celui de sa « renaissance » qu’il décrit si bien via l’enregistrement de « There Is Nothing Left To Lose ».
Le meilleur album des Foo selon lui.
Les titres comme « Learn To Fly », « Aurora » ou encore « Ain’It The Life » représentent sa « reconstruction. »
Le retour chez lui en Virginie, le Studio 606, la présence de ses amis et sa mère au quotidien, le roadtrip avec Taylor Hawkins et la tentative ratée de rejoindre Pantera au Texas dans leur Strip Club !
Symbole d’un nouvel homme plus que jamais inspiré !

Il y a encore beaucoup de travail à faire !

Dave Grohl

Jusqu’à ce moment du livre, Dave Grohl apparaît comme un grand enfant.
Il est encore très naïf et timide lorsqu’il apparaît avec Nirvana.
Il le dit lui-même : « Parfois, j’ai oublié que j’ai grandi ».
Cette reconstruction arrive à son summum lors de la naissance de sa première fille en 2006.
Dave Grohl devient finalement un adulte !
« Avoir une famille, c’est toujours ce que j’ai voulu avoir » dit-il.



La vie de Dave Grohl : Le musée du Rock’n’Roll


« The Storyteller » de Dave Grohl, c’est aussi un voyage au sein du Rock’n’Roll.
Il n’est pas question de grosses soirées ou de drogues, mais plutôt de simples histoires.

Par exemple, un simple dîner avec Paul Mc Cartney, AC/DC et un orchestre de Jazz où Brian Johnson prend Grohl dans ses bras en lui glissant : « Mec, je suis juste heureux d’être ici ».
Une rencontre totalement au hasard avec Little Richard à l’aéroport de Los Angeles, ou encore Joan Jett lisant un livre à sa fille.
Pas très Rock’n’Roll me direz-vous, mais ce que Dave Grohl réussi à faire avec ses mémoires, c’est humaniser toutes ces grandes stars.
Cela commence dès l’époque de Scream. Une Jam improbable avec Iggy Pop lors d’un Show à Toronto.
Sa première rencontre majeure.
Des années plus tard, il se retrouve à jouer devant Paul McCartney et Barack Obama pour un concert intimiste.

Je marche comme un petit garçon dans un musée, entouré par les artistes que j’ai étudiés pendant toute ma vie !

Dave Grohl


D’autres artistes sont également présents dans l’ouvrage, Lemmy, Neil Young, John Paul Jones, etc.


Dave Grohl au coté de Paul McCartney
Dans « The Storyteller », on apprend que Dave Grohl est très proche de Paul McCartney

Mon avis final de « The Storyteller » de Dave Grohl

Ses mémoires, m’ont vraiment fait passé par tous les états.
Certains passages sont à mourir de rire tellement les situations sont absurdes !
D’autres beaucoup plus tristes quand il évoque le décès de Cobain ou de son meilleur ami Jimmy Swanson.
On retient surtout l’humilité de l’homme qui a une idée bien arrêtée sur la célébrité.
Donc oui j’ai vraiment adoré « The Storyteller » de Dave Grohl !
Il manque des milliers d’histoires, j’aurai voulu en savoir plus sur sa relation avec Kurt Cobain, mais Dave Grohl a certainement choisi les meilleurs !

Laisser un commentaire