Comment utiliser la gamme blues à la guitare
Improvisation,  Licks guitare

Gamme blues à la guitare : comment éviter cette erreur ?

Apprendre la gamme blues à la guitare est la continuité de l’apprentissage de la gamme mineure pentatonique.
En effet, celle-ci en est un dérivé puisqu’on lui ajoute une note de passage : la quinte bémol.
Dans ce nouveau tuto guitare, vous apprendrez à construire la gamme blues mais aussi à éviter l’erreur du guitariste débutant.
Même si cette gamme est propice pour mieux sonner dans un contexte de jeu « Blues », attention à ne pas en abuser !

Si vous souhaitez partir sur de bonnes bases en improvisation, n’hésitez pas à vous procurer mon e-book « 8 cours en 8 semaines pour maîtriser les bases en improvisation » !

Attention avec la gamme blues !

Retrouvez le contenu pédagogique gratuit (tablatures, backing tracks, exercices…) ci-dessous :

Construction de la gamme blues à la guitare

Avant d’expliquer l’erreur principale à éviter en improvisation blues à la guitare, il est important de savoir comment construire la gamme blues.

Commençons par la construction de la gamme mineure pentatonique.
On y retrouve 5 notes :

  • Fondamentale (1)
  • Tierce mineure (b3)
  • Quarte juste (4)
  • Quinte juste (5)
  • Septième mineure (b7)

Que vous utilisez la première, la deuxième ou encore la quatrième position…Il s’agit toujours de ces intervalles.

Si on transpose cela dans la tonalité de « A », nous retrouvons :

  • La (1)
  • Do (b3)
  • Ré (4)
  • Mi (5)
  • Sol (b7)

Désormais, il est temps de construire la gamme blues.
La gamme blues se base sur cette gamme mineure pentatonique tout en intégrant une note intermédiaire, la quinte bémol (b5).
Cette note donnera un aspect plus « bluesy » à l’improvisation.

  • Fondamentale (1)
  • Tierce mineure (b3)
  • Quarte juste (4)
  • Quinte bémol (b5)
  • Quinte juste (5)
  • Septième mineure (b7)
Apprendre la gamme blues à la guitare avec ce tuto
La gamme blues à la guitare

En travaillant avec cette première position en « A », on s’aperçoit que la gamme blues est un dérivé de la gamme mineure pentatonique.
En effet, la quinte bémol vient s’insérer entre la quarte juste et la quinte juste.

Je recommande d’apprendre cette première position en « A » avant d’étudier les autres.
Après avoir développé des certitudes avec cette position, vous pouvez travailler la position numéro « deux » en intégrant la quinte bémol.
Cette dernière est acquise ? Continuez et ajouter la position « 3 », etc.

Et bien sûr, n’oubliez pas de transposer dans toutes les tonalités afin d’éviter tout déséquilibre.
Travaillez progressivement et via des backing tracks pour une meilleure mémorisation des positions.

La quinte bémol pour mieux sonner « blues »

En travaillant la gamme blues à la guitare, notre première volonté et de mieux sonner dans ce style de musique.
« Tiens ! Je veux sonner comme un bluesman, donc j’utilise la blue note : la quinte bémol ».
En réalité, cette remarque est moyennement vraie.

Tout d’abord, lorsqu’on parle de « blue note », la quinte bémol n’est pas la seule !
Il s’agit d’une légende que l’on retrouve dans beaucoup de méthodes.
Ne vous inquiétez pas, je suis également tombé dans ce raccourci durant mon apprentissage !
En réalité, on retrouve d’autres « blue note » : la tierce mineure ou encore la septième mineure par exemple.
Ces notes, employées dans les règles de l’art, sonneront tout aussi « blues » que la quinte bémol !

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Comment jouer l'intervalle de sixte dans la guitare blues ?

Ensuite, l’erreur principale serait d’utiliser constamment la quinte bémol pour faire en sorte de mieux sonner.
Non ! Ce n’est pas parce que vous n’utilisez pas le b5 que cela ne va pas sonner « blues ».
Bien au contraire ! En jouant la quinte bémol de manière répétée, cela aura un effet redondant.
Cette note à une couleur très particulière et qui à un rôle de « transition ».
Par exemple, on va souvent l’employer entre la quarte juste et la quinte juste afin de créer un lien intéressant (et bluesy par la même occasion).

Mais attention à ne pas créer cette transition à chaque fois !
Il s’agit de l’erreur principale quand on débute avec la gamme blues : on la répète sans cesse.
On fait des montées et des descentes avec la gamme mineure pentatonique en employant constamment cette quinte bémol.
La cause ? L’euphorie de la nouvelle connaissance acquise et la volonté de sonner « blues » à tout prix.

Optez plutôt pour la rareté et des plans de répétition !

Solutions pour mieux sonner avec la gamme blues à la guitare

Vous l’avez compris, évitez le caractère redondant avec cette quinte bémol.
Ainsi, je vais vous livrer deux conseils clés pour mieux mettre en valeur cette note.

Les phrases de répétition

Le premier conseil que je vous donne, c’est d’utiliser des phrases de répétition.
Celles-ci sont redoutables mais attention à ne pas les mettre en place n’importe comment.
Par exemple, dans mon jeu personnel, j’adore utiliser ce genre de plans mais de manière rare.
Je vais utiliser uniquement la gamme mineure pentatonique pendant plusieurs mesures, voire un cycle de 12 mesures (sans utiliser le b5 ! ).
Mais à un moment, à une mesure précise, je vais phraser en répétant plusieurs fois cette quinte bémol (en la mélangeant avec d’autres notes).

Exemple de plan avec la gamme blues à la guitare
Exemple de plan avec la gamme blues à la guitare

Vous voyez la différence ?
Il s’agit de prendre un plan avec la quinte bémol, de la répéter, mais de manière rare.
Par exemple, cela peut être une fois par cycle de 12 mesures (ou moins !)

Le but est de se mettre au service de la musique, et donc l’emploi de cette blue note doit être un véritable choix musical de votre part.
Et non un choix par défaut car on a cet outil « en stock ».
Cela m’arrive même de ne JAMAIS utiliser la quinte bémol dans mes improvisations car ce n’est pas ce que j’ai envie de faire sonner sur le moment.
Ainsi, je pense cet intervalle comme une option en disponibilité.

Utiliser la quinte bémol de manière furtive

Toutefois, il est possible de jouer la quinte bémol sans jouer un plan de répétition.
Il s’agit du deuxième conseil que je souhaitais évoquer.
Il est possible de la jouer de manière furtive, comme une simple note transition.
Mais là encore, jouez sur la rareté et le « véritable choix ».

Maintenant, c’est à vous de jouer et d’éviter impérativement cette erreur avec la gamme blues à la guitare !
Vous souhaitez avoir plus d’informations sur le sujet ?
N’hésitez pas à laisser un commentaire sous cet article, je serai ravi de vous répondre et de vous aider encore plus à vous faire progresser en blues !

Et si vous souhaitez continuer la lecture, voici un article avec plusieurs turnarounds à travailler !

Laisser un commentaire