7 pièges à éviter en improvisation à la guitare
Harmonie,  Improvisation,  Rythme

Débuter en improvisation guitare : 7 pièges à éviter dès maintenant !

L’improvisation à la guitare est un des sujets les plus difficiles à aborder en autodidacte.
La raison ? Une somme d’information importante, un risque de dispersion évident et le manque d’objectif concret à court terme.
En effet, il est facile de se perdre autour de certaines notions : La gamme pentatonique, L’harmonisation de la gamme majeure, le mode Dorien ou encore l’utilisation des triades.
Dans ce nouveau tuto dédié à ceux qui souhaitent débuter en improvisation guitare, 7 pièges seront évoqués afin de vous guider sur la bonne voie !

7 pièges à éviter en improvisation !

Les Backing Tacks de la vidéo YouTube ci-dessous :

Le manque de méthodologie et d’organisation

Il est aisé d’apprendre n’importe quel outil en improvisation avec internet.
En effet, YouTube regorge de tuto pour apprendre les techniques phares (Harmonisation, Modes, Arpèges, etc.).
Mais à quel moment de l’apprentissage faut-il mettre en place ces techniques ?
Combien de temps doit-on passer à étudier la gamme pentatonique ? Quel genre de Backing Track ? Ou encore comment développer l’oreille ?

La dispersion est l’ennemi numéro 1 du guitariste souhaitant progresser en improvisation.
Ainsi, il est fortement recommandé de suivre une réelle méthodologie pour progresser avec confiance.
Mon e-book vous aidera à partir sur de bonnes bases grâce à ses 8 chapitres !

Débuter en improvisation guitare : Le lien avec l’harmonie

Débuter l’improvisation à la guitare sans passer par la case « harmonie » n’a absolument aucun sens.
Le but d’un solo est de créer une relation avec le Backing Track ou n’importe quel audio sur lequel vous jouez.
Dès lors, un minimum de connaissance en harmonie s’impose.

Encore une fois, une réelle organisation est recommandée.
Il faudra éviter de commencer par l’harmonisation de la gamme majeure par exemple.
Optez plutôt pour la connaissance des accords majeurs et mineurs.
Cela passe par la théorie et l’harmonie appliquée sur le manche de l’instrument.
Par exemple, comment construire un accord majeur ? Où se trouvent la tierce et la fondamentale sur mon manche ?

3ème piège à éviter en improvisation guitare : Le rythme !

Il s’agit d’une erreur classique : Délaisser la main rythmique au profit de la main qui se balade sur le manche.
Il est tentant de vouloir jouer en employant une certaine vélocité ou encore de démancher partout.
Mais attention, vous devez être maître à 100% des rythmes que vous mettez en place.

Personnellement, je suis tombé dans ce piège pendant mon apprentissage.
Voulant impressionner mes professeurs, j’improvisais en utilisant un max d’outil (Gamme pentatonique, modes, intervalles de sixte, etc.) sans me préoccuper du rythme : ERREUR !

Vous rencontrez des problèmes liés au rythme, voici une vidéo qui vous aidera :

Méthode pour progresser sur le rythme

Ne pas suivre les accords du Backing Track

Si vous vous sentez bloqué en improvisation, il se peut que le manque de représentation de l’harmonie en soit la cause.

Ce point est lié au piège « 2 » concernant l’harmonie.
En effet, il est impératif de suivre les accords du Backing Track ou de n’importe quel audio quand vous improvisez.
Le but est de créer une relation entre le solo et les accords, et cela passe forcément par le suivi.
Ainsi, le phrasé doit s’adapter aux accords afin de maintenir cette relation.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Comprendre facilement les modes en partant de zéro !

Il s’agit d’une phase compliquée pour tout débutant en improvisation, c’est pourquoi je propose un exercice de suivi grâce à ce Backing Track.
Vous y trouverez seulement 2 accords à représenter.
L’exercice est le suivant : Jouez C pentatonique pendant l’accord de Do majeur.
Puis jouer Bm pentatonique pendant l’accord de Si mineur.
Le Backing Track se trouve ci-dessous :

Débuter en improvisation : Le manque de transposition

Comme pour le rythme, il s’agit d’une erreur commune.
La plupart des guitaristes autodidactes tombent dans le piège d’improviser exclusivement dans quelques tonalités : Am, Em, Gm.
Attention ! Plus le déséquilibre des connaissances est important et plus compliquée sera la remise à niveau.

Au fil de mon parcours en tant que professeur, j’ai remarqué que les élèves qui transposaient très rapidement les nouvelles connaissances avaient beaucoup plus de facilité à le faire que ceux qui avaient délaissé cet aspect pendant des mois.
Ainsi, je vous partage ce conseil en or : TRANSPOSEZ toute nouvelle connaissance !
Par exemple, vous apprenez les triades en 1er renversement ? Transposez-les immédiatement dans le plus de tonalités possible !

L’importance de la transposition en improvisation

6ème piège à éviter : Jouez et analysez vos solos préférés !

L’improvisation à la guitare est un travail créatif, ne l’oubliez pas !
Et cela passe forcément par l’inspiration de nos mentors.

L’apprentissage de solos est une des meilleures manières pour développer son phrasé à la guitare.
Cela stimule la créativité et permet de mieux connaître son manche.
Par exemple, vous souhaitez jouer le solo de « Sultans Of Swing » de Dire Straits.
Jouez-le en entier en comprenant la totalité des licks !
« Ah ce plan, il joue F penta car il y a un accord de F à ce moment ! ».
 » Ici, il place une triade majeure de Bb ! »

En ayant cet état d’esprit, vous aurez davantage de vocabulaire en improvisation.
Sans parler du développement de l’oreille et de la connaissance du manche !
Il s’agit de l’astuce principale qui vous aidera à développer le phrasé !

Débuter en improvisation : Vouloir remplir son solo à tout prix !

En débutant l’improvisation à la guitare, il est tentant de vouloir jouer le plus de notes possible.
Il suffit de connaître les cinq positions de la gamme pentatonique pour « tartiner » partout.
Cependant, il n’y a aucun lien entre la musicalité et le nombre de note que l’on trouve dans un solo.

Si vous suivez mon Blog, vous savez que j’insiste sur l’importance de jouer les bonnes notes.
Celles-ci se trouvent grâce à l’étude de l’harmonie.

De plus, il est important de laisser respirer son improvisation.
Cela permet de structurer le solo et évite l’ennui de l’auditeur.
Vouloir remplir est une attitude naturelle. Souvent, on a peur du « vide artistique » et on pense qu’il faut jouer des notes sans une seule pause.
Non ! Optez plutôt pour un état d’esprit plus « relax » tout en donnant de la valeur aux notes (Vibrato, Bend, Hammer-on, Slide, etc).

Les 5 positions de la gamme pentatonique sont des « options en disponibilités ».
Il est possible de faire un super solo avec une seule position !
Pensez au solo de « Another Brick In The Wall » de Pink Floyd (2 positions pentatonique ! ).
Retenez ces deux mots pour un solo de qualité : Structure et valeur !

Merci à vous d’avoir lu l’article en entier.
Vous avez apprécié l’article ? N’hésitez pas à laisser un commentaire !

Laisser un commentaire